“Dites à ceux qui ont le coeur troublé: prenez courage et ne craignez plus !” Es 35.4

Face aux difficultés de la vie vous avez le choix entre faire preuve de courage et aller de l’avant, ou céder à la peur et vous faire sans cesse du souci. Le mot courage vient du mot coeur, comme on dirait “avoir le coeur bien accroché”.

Avoir peur est normal, c’est même un sentiment que Dieu nous a donné afin de nous avertir de dangers à venir. Nous ne sommes pas des robots insensibles à la souffrance, à l’angoisse, au doute, nous sommes des êtres créés par Dieu et capables de gérer nos émotions, avec un peu de volonté et beaucoup d’aide divine. Quelqu’un a dit “le courage c’est simplement la peur qui a dit ses prières !” Remarquez un détail : les prières sont essentielles avant d’affronter les épreuves. Si vous vous habituez à exprimer votre confiance en Dieu chaque jour, le jour où la peur vous assaillira, vous saurez vers qui vous tourner pour la surmonter.

Alors que le roi Saül et ses officiers tremblaient de peur à l’idée d’affronter Goliath et les Philistins, David semblait détendu et serein. Ne le taxez pas de naïveté ou d’insousciance. Son assurance venait des expériences qu’il avait vécues en compagnie de son Dieu : il avait déjà tué lions et ours pour défendre son troupeau. Il savait aussi que Dieu était tout-puissant et en même temps plein d’amour pour ceux qui se confient en Lui. Envisageant de se mesurer au géant philistin, il n’a pas dit : “Et si je ne cours pas assez vite, et si je manque ma cible avec ma fronde, et s’il pleut et que je glisse sur le terrain avant d’abattre Goliath… etc ?” S’il avait la moindre trace de peur il ne l’a pas montré aux autres.

Si vous tremblez intérieurement devant le “géant” que vous devez affronter, ne lui accordez pas le plaisir de lui dévoiler votre trouble ou votre doute. Affirmez que Dieu vous délivrera comme Il a délivré David “de la main du Philistin” et, auparavant, de la gueule du lion et de l’ours ( 1 S 17. 37).