“Mais, quand est venu l’accomplissement du temps, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme et assujetti à la loi.” Galates 4 : 4

 

Il était une fois un roi apprécié de tous qui avait promis de visiter un village à la périphérie de son royaume. Les habitants du lieu vivaient désormais dans l’attente de l’arrivée du grand monarque. Après tout, l’événement serait surement le climax de l’histoire du village. Cependant, le roi, qui a préféré ne pas fixer de date exacte, a tardé pour accomplir sa promesse. Après des années, plusieurs ont commencé à douter qu’ils verraient un jour le visage du roi, même si certains y croyaient encore. « Pour quelles raisons le roi tarde si longtemps à venir ? », se demandaient les sceptiques. « Pour des raisons historiques et politiques », répondaient les plus enthousiastes. « Le roi ne viendra pas seulement pour une visite occasionnelle, mais pour changer l’histoire de ce village. »  Au bon moment, il est arrivé.

 

De même, il semblerait que le Roi Jésus prend trop de temps pour revenir. Cependant, nous pouvons être sûrs que, au bon moment, il viendra. Les circonstances de sa première venue prouvent que l’horloge de Dieu travaille. Jésus n’est pas venu un jour par hasard. Ellen White commente : « Semblables aux étoiles parcourant, en vastes orbites, la voie qui leur a été tracée, les desseins de Dieu ne connaissent ni hâte ni retard. » (Jésus-Christ, p. 23). Dieu, qui contrôle le temps et les événements, ne perd jamais de temps. L’histoire de l’humanité a commencé avec une catastrophe, a eu une intervention décisive à son milieu et finira en gloire avec sa restauration totale. Le tout en temps voulus.

tb4-ftq4zyi-wil-stewart

Les facteurs politiques, culturels et religieux qui ont marqué la plénitude du temps à ce moment-là servent de parallèles aux conditions actuelles. Entre autres, une sorte de processus de mondialisation avait commencé quand Alexandre le Grand a mis la civilisation sous la bannière et l’influence culturelle de l’hellénisme. La population mondiale était largement contrôlée par une seule puissance, Rome. Les routes partaient de la capitale pour toutes les régions de l’empire (certaines étaient en béton) et les services postaux fonctionnaient déjà, ce qui rendait plus simples les voyages et la propagation de l’évangile. Les religions de « mystères » et des dieux païens ont rapidement perdu leur popularité, car ils ne protégeaient pas leurs adorateurs. La philosophie grecque a montré l’insuffisance de la raison pour satisfaire la quête intellectuelle. Le peuple, fatigué de fables et des spéculations, cherchait la lumière et demandait une religion plus spirituelle. La Bible hébraïque était déjà traduite en langue grecque, largement parlée. Les Juifs avaient répandu le monothéisme et l’espérance messianique dans le monde. Israël a eu toutes les clefs pour se préparer à la venue du Messie. Le mal atteignant un nouveau point culminant, l’humanité dégénérée avait besoin d’un renouveau spirituel.

 

Surgissant à l’heure exacte et idéale, Jésus a révélé qu’il est le Maître du temps et nous a donné l’assurance qu’il n’arrive jamais en retard. Lorsque les conditions du monde sont dans la plénitude, le roi viendra changer l’histoire.