Si un mot définit bien Noël, ce n’est probablement pas “sapin”, ni “repas de fête”, ni “joie” mais plutôt “cadeaux”.

Les enfants commencent à y penser des semaines à l’avance, les parents font des miracles pour parvenir à se procurer ceux qu’ils ont choisis et tentent de s’organiser le mieux possible pour avoir assez de temps pour faire leurs achats avant la date fatidique. Au Texas, une sélection de cadeaux est présentée chaque fin d’années par le célèbre catalogue Nieman Marcus.

Chaque cadeau est plus extravagant l’un que l’autre et d’année en année les cadeaux offerts deviennent de plus en plus invraisemblables.

En 2004 le cadeau le plus coûteux était un dirigeable NT Zeppelin pour 10 millions de dollars, en 2002 une collection de tableaux signés Andy Warhol, valeur 3 millions de dollars… etc. Mais aucun de ces cadeaux ne peut rivaliser avec celui que Paul décrit comme “incomparable”. Quel est ce cadeau ? Celui que Dieu nous a offert en Jésus-Christ. Les Mages ont apporté des cadeaux de grande valeur pour l’enfant Roi, mais le don de Dieu était cet enfant qui allait apporter le salut aux hommes.

Tous les cadeaux du catalogue Nieman Marcus disparaîtront un jour, les hommes et les femmes qui se les ont offerts mourront et seront pour la plupart très vite oubliés. Mais le don de Dieu demeurera jusque dans l’Eternité. L’apôtre Paul, éduqué aux pieds de Gamaliel, expert en plusieurs langues dont le grec, écrivain à la plume facile, manque soudain de mots pour décrire ce don. Il ne peut qu’utiliser le mot “incomparable”, car vraiment rien ne peut lui être comparé.

Aucun autre don fait à un homme ou à une femme n’est éternel, sauf le don du salut divin. Quelle réponse pouvons-nous apporter à Dieu autre que notre éternelle reconnaissance et louange !