J’ai récemment regardé une vidéo sur YouTube intitulée « Why Sabbath School stinks » (Pourquoi l’École du Sabbat est nulle). Comme le remarque l’animateur de la vidéo, « l’École du Sabbat bien faite peut être la meilleure partie du sabbat, ou la pire ».

 

La vidéo a soulevé des questions importantes et m’a fait réfléchir. Mais avant de commencer, je voudrais apporter quelques précisions. Je ne suggère pas que nous nous débarrassions de l’École du Sabbat (EDS). Nous avons tous les outils nécessaires pour la faire fonctionner. Il existe des groupes EDS incroyables pour les enfants, les jeunes et les adultes. Pourtant, lors de la transition entre certains de ces groupes d’âge, beaucoup restent bloqués ou abandonnent. Toutes les EDS ne sont pas en difficulté, et dans de nombreuses régions du monde, les EDS peuvent être une partie saine et active de la vie de l’église. Et je ne pense pas qu’un dialogue sur ce sujet puisse être complet sans reconnaître les personnes qui, souvent sans être reconnues, s’efforcent de maintenir l’EDS en vie : aux innombrables bénévoles, animateurs et dirigeants de l’EDS, merci.

 

Pourtant, il y a des failles, comme j’en ai fait l’expérience dans ma vie. En grandissant, l’EDS était ma partie préférée du service de culte, jusqu’à ce que je quitte mon église d’origine. Mon église actuelle ne comprend pas d’élément traditionnel de l’EDS, et lorsque je voyage, après quelques mauvaises expériences, j’ai tendance à l’éviter si je peux. Lorsque je parle à des personnes de mon âge, je constate qu’aucune d’entre elles n’est fan de l’EDS. C’est bien dommage.

 

Flora Plummer, la plus ancienne responsable de la Conférence Générale de l’EDS, a déclaré : « Le but de l’École du Sabbat est de gagner des âmes. Combien d’entre nous peuvent aujourd’hui affirmer que c’est le cas ? Le nombre de membres présents est en baisse ».

 

« Le Covid a mis en évidence un problème d’engagement à l’EDS avec lequel nous luttons depuis un certain temps », déclare Lyndelle Peterson, responsable des Ministères personnels, du département de l’École du Sabbat et de la Gestion Chrétienne de la Vie de l’Union Australienne, dans un courriel envoyé à Adventist Record. « Les églises qui disposaient d’un solide programme d’École du Sabbat avant le Covid ont constaté que le transfert en ligne a, dans certains cas, amélioré leur expérience. D’autres églises qui avaient plusieurs groupes se réunissant avant le Covid ont choisi de se combiner en un seul groupe en réponse au manque de participation et de fréquentation ».

 

Ces problèmes ne sont pas nouveaux non plus. En 1889, Ellen White écrivait : « L’École du Sabbat, si elle est correctement gérée, possède une force extraordinaire et est apte à accomplir une grande œuvre, mais elle n’est pas actuellement ce qu’elle pourrait et devrait être. L’influence découlant du travail de l’École du Sabbat devrait améliorer et élargir l’église » (Testimonies on Sabbath-School Work, 29).

 

« Nos vies sont plus chargées et plus complexes que jamais, et au lieu de fournir un espace d’appartenance, de paix et d’encouragement, nos Écoles du Sabbat peuvent souvent ressembler à une simple routine, quelque chose à endurer », affirme Peterson.

 

« Lorsque l’École du Sabbat devient un lieu de connexion et de communauté, nous sommes plus enclins à trouver un moyen et à prendre le temps pour nous engager ».

 

Lorsque notre EDS présente une mentalité fermée, nous pouvons nous sentir confortables et perdre notre objectif de mission. L’EDS peut ressembler à un lieu hostile pour les visiteurs. Ce qui m’a aidé à cet égard, c’est la formation à l’animation de petits groupes. Comprendre le rôle d’un enseignant : diriger le dialogue, s’assurer qu’il n’y a pas de voix dominantes, offrir des possibilités d’engagement équitable (remarquez que je n’ai pas dit « contribution équitable » ; certaines personnes ne veulent pas être forcées à parler ou à lire ; elles ont juste besoin de se sentir à l’aise et de savoir qu’elles peuvent contribuer, si elles le souhaitent). Ces éléments permettent de trouver un équilibre. Une personne qui n’est pas un « élément sûr » (qui essaie d’imposer son opinion ou qui pense avoir toujours raison) peut détruire un groupe d’EDS adulte plus rapidement qu’on ne le pense. De telles personnes peuvent inciter les autres à ne pas revenir et doivent être gérées avec fermeté.

 

Selon notre youtuber, les leaders de l’EDS doivent être des « étudiants curieux et compétents de la Bible », et enseigner l’EDS est un don important qui doit être développé. Si l’animateur ou le dirigeant peut créer et favoriser une orientation vers l’extérieur, où nous attendons des visiteurs, et si nous encourageons la croissance du groupe, l’EDS accomplira son objectif. « Lorsque les groupes commencent à penser en termes d’évangélisation, ils commencent à se développer », conclut Peterson.

 

Ellen White est d’accord : « L’École du Sabbat constitue un champ missionnaire, et un esprit missionnaire devrait être manifesté dans cette œuvre importante bien plus qu’il ne l’a été dans le passé» (Témoignages sur l’École du Sabbat, 35).

 

Cet article ne peut pas « réparer » l’EDS, mais il peut créer un dialogue. Nous pouvons planifier, rêver, étudier les groupes qui ont réussi et ainsi trouver des moyens d’améliorer cette partie vitale de la vie de l’église.

 

 

De Jarrod Stackelroth, Adventist Record