l y a quelques années, une jeune femme d’une vingtaine d’années a attiré l’attention du monde entier en organisant une escroquerie de grande ampleur. En effet, Anna Delvey s’est fait passer pour une héritière allemande disposant d’un fonds de placement de 80 millions de dollars*. En réalité, Anna Delvey, de son vrai nom Anna Sorokin, était une immigrée russe vivant en Allemagne. Elle était issue d’un milieu très modeste et ne possédait pas de fonds de placement. Mais sous son pseudonyme, elle menait une vie fastueuse dans des hôtels de luxe à New York et à Paris. Il lui arrivait de passer des vacances dans un riad au Maroc à 7 000 dollars la nuit. Elle laissait des pourboires de 100 dollars, s’achetait des tenues très onéreuses et des accessoires hauts de gamme, comme des lunettes de soleil ou de grandes lunettes mettant en valeur ses yeux bleus. Anna prêtait une attention particulière à son apparence afin de soigner son image sur les réseaux sociaux et de se faire connaître. Mais les hôtels où elle logeait, les restaurants où elle prenait ses repas, les banques auxquelles elle empruntait de l’argent et ses nouveaux amis ont dû régler ses factures impayées s’élevant à des centaines de milliers de dollars – la somme qu’elle avait dépensée pour adopter un style de vie qui lui plaisait et assouvir ses ambitions.

Même après son arrestation, Anna n’a manifestement pas réussi à renoncer au rôle qu’elle jouait depuis des années. Au grand mécontentement du juge, elle s’est présentée en retard au tribunal où elle était convoquée car la tenue vestimentaire qu’on lui avait envoyée ne correspondait pas à ses goûts. À chaque comparution devant la cour, Anna portait une nouvelle tenue, choisie par son styliste professionnel qui la lui envoyait en prison.

Mais quelle situation est la plus grave ? Faire semblant d’être riche quand on est pauvre, ou faire semblant d’être pauvre quand on est riche ? Les chrétiens peuvent aussi faire semblant. Ils ne font peut-être rien qui pourrait leur valoir une peine de prison, comme cela a été le cas pour Anna. Mais ceux qui appartiennent au Christ n’agissent-ils pas parfois comme s’ils ne le connaissaient pas ? Peut-il leur arriver de ne pas vivre en héritiers du royaume du Père, qui est le Roi de l’univers ?

L’une des causes du problème est peut-être une question de perception de soi. Dans son Sermon sur la montagne (Matthieu 5-7), le Christ décrit la manière dont les enfants de Dieu sont invités à vivre. Il nous accorde son pardon total et gratuit, ainsi nous sommes appelés à cultiver un sentiment de reconnaissance plutôt qu’à nous lamenter en raison de nos défauts et de nos erreurs. Si nous sommes l’objet de calomnies ou d’insultes en raison de notre foi en Dieu, rappelons-nous qu’une récompense sera accordée à tous ceux qui souffrent pour cette raison. Lorsque nous nous battons pour la justice, pour faire reculer le racisme et les préjugés ou pour défendre des personnes vulnérables, faisons-le comme des artisans de paix, en tant qu’enfants de Dieu. Nous sommes invités à ne pas utiliser les mêmes méthodes que le diable. En réalité, nous luttons contre la méchanceté spirituelle, par conséquent les armes et les méthodes que nous utilisons doivent montrer qui nous sommes vraiment (voir Éphésiens 6.12).

Il existe de nombreuses façons de faire semblant. En effet, c’est pour chacun d’entre nous un véritable défi aujourd’hui de vivre en cohérence avec ce que nous sommes vraiment, en particulier dans le domaine public. Les notes que vous obtenez en cours ont une grande importance ; ainsi, qu’êtes-vous prêt à dire et à risquer lorsque vos professeurs développent des idées contraires à la Bible ? Le week-end, lorsque vous passez du temps avec vos amis, vous arrive-t-il de jouer une forme de comédie afin de vous intégrer au groupe ? Il est si facile d’entrer dans le jeu d’autrui, d’exprimer des doutes, de faire des compromis ou de se plaindre plutôt que de faire preuve d’une confiance tranquille dans la providence de Dieu.

Et concernant les relations amoureuses, comment un croyant peut-il se mettre sous un joug inégal avec un non-croyant ? En agissant ainsi, vous risquez de devenir la malheureuse victime d’un double jeu dans le domaine affectif. Les recommandations que Dieu nous fait n’ont qu’un seul but, notre bonheur. Internet n’est pas le seul endroit où les relations romantiques peuvent être fausses et superficielles. Si vous ne vivez pas votre christianisme de façon authentique, en étant fidèle à la vérité, c’est un piège dans lequel vous pourriez tomber.

Alors, ne trichez pas avec qui vous êtes. Soyez pleinement vous-même – riche au-delà de toute mesure, enfant d’un Père aimant qui fait toutes choses pour votre bien (Romains 8.28). Il est votre Défenseur, il a promis de prendre soin de vous et de veiller sur vous. Vous pouvez avoir l’assurance qu’il agira pour votre bien. Mais en attendant, célébrez votre héritage et ayez confiance en vous. Persévérez malgré les difficultés. Priez pour que le Saint-Esprit vous permette de comprendre et d’accepter qui vous êtes vraiment en tant qu’enfant de Dieu.

Par-dessus tout, soyez généreux et partagez la vérité avec vos semblables au sujet de ce que Dieu a en réserve pour eux, et parlez-leur du merveilleux fonds de placement qui peut être le leur en Christ. Avec tout ce qui vous appartient déjà, vous pouvez vous permettre de partager l’héritage que Dieu vous a donné.

 

De Lisa M. Beardsley-Hardy, responsable du département Éducation de la Conférence générale des Adventistes du Septième Jour et rédactrice en chef de la revue Dialogue.